LANDIVISIAU
Expositions photographiques sur le thème :
« Dans le sillage de Segalen »
Du vendredi 10 mai au dimanche1 septembre 2019

Françoise PESLHERBE

22000 Saint Brieuc

«FrançoisePeslherbe pratique le photomontage avec un humour corrosif etdévastateur, ce qui n’exclut pas des pages d’attendrissement etde sentimentalisme. Elle observe ses semblables et leurenvironnement, saisit des expressions, des éclairages, des détailsinvisibles du plus grand nombre, les détourne et leur donne un toutautre sens. Chacune de ses compositions est un fragment d’une étudesociétale qui remet en cause les habitudes et la façond’appréhender notre quotidien. Chez Françoise Peslherbe, lesstructures

impersonnellesen béton, la signalisation routière, le mobilier urbain deviennentéléments d’un monde irrationnel dans lequel des personnagescolorés jouent une partition imprévue, se prêtent à des jeuxapparemment futiles, mais avec l’application et le sérieux propresaux grands projets. Ils apportent une touche acidulée, inattendue etdécalée, à la grisaille ambiante, entrouvrant ainsi la porte versd’autres façons de regarder notre environnement.»

LouisDoucet


Néeen 1964 dans l'aube, Françoise Peslherbe fait des étudeslittéraires puis, élève aux Beaux-Arts de Troyes, elle obtient sondiplôme d'illustration peinture. 1988, arrivée à Paris pourtravailler comme graphiste dans plusieurs agences de communication,elle bifurque vers le décor de théâtre et de télévision commepeintre. Séduite par les nouvelles technologies, elle devientDirectrice Artistique dans la création de sites web. Depuis 2002,son statut de freelance lui laisse le temps de revenir à sespassions d'origine : la peinture et la photographie. En 2005, ellequitte Paris et s'installe en Bretagne à Saint Brieuc. Depuis elleconsacre tout son temps à sa création.


Unregard photographique et pictural au delà de l'esthétique


Dela peinture à la photo...


Forméeaux beaux Arts, c'est la peinture son mode d'expression premier. Maisdès 1992, elle commence à prendre des photos en noir et blanc et àles coller sur des toiles pour leur donner une deuxième vie plusonirique par les pigments. Plus elle peint, plus elle photographie.Mais que ce soit dans sa peinture ou ses photos, ses thèmes sontrécurants et sa vision personnelle du monde reste la même : laplace de l'homme dans le monde contemporain. Quel est son avenir ?Quel impact a-t-il sur l'environnement ? Quel comportement avoir ?Questionner les spectateurs de son travail sans les agresser mais pardes choix esthétiques les interroger, telle est son intention.

Observer,observer, capter des expressions, des lumières , des objets que lesautres ne voient pas et leur en donner un tout autre sens. C'est dansl'action, le reportage qu'elle a trouvé cette adrénaline qui luidonne envie de raconter des histoires à partir de ce qu'elle voit etressent.

Aumilieu de la foule, sa sensibilité lui fait percevoir dans desévénements festifs comme la gay pride, l'an chinois, les spectaclesde rue, un monde plus grave et profond. Elle retravaille ses imagesou elle crée des mises en scènes. Aujourd'hui elle travaille sur lavie des hommes dans le monde urbain : cette vie, c'est la notre, lavotre. Son avenir photographique se veut engagé dans une démarchehumble de prise de conscience générale de qui nous sommes.


L’Hommebéton et le poids des mots ...

Regardde vie : "L'urbain, ou des styles de vie..."


Unevision personnelle sur la place de l'homme dans la ville oul'environnement


18ans de pratique intensive de danse classique et contemporaine marquema vie ! L’homme est pour moi un acteur vivant en mouvement dansl’espace. Art Rock 2010 reste une rencontre inoubliable puisque jedécouvre le travail de Willi Dorner chorégraphe de spectacle derue. De jeunes performeurs arpentent la ville, puis se fondent dansl'architecture, fusionnant avec l'environnement citadin.Parallèlement,, je travaillais alors sur l’homme nature, un hommeencapuchonné en rouge qui s’inscrit dans la nature. Le liendevient évident. Ce spectacle m'a permis d’aller au delà de montravail du moment afin d'exprimer mes idées.

L’actualité ou leshistoires au quotidien de l’être humain me parlent et suscitentdes images en moi. Je travaille alors avec des jeunes en mouvementqui animent l’espace urbain pour rompre avec leur attitude figéedans le béton. Chaque image évoque un concept qui résulte d’unphénomène de société. J’écris des textes et le poids des motsest aussi important à mes yeux que l’image en elle-même. Jedénonce avec humour des scènes de vies quotidiennes.

Ceshistoires sont les nôtres, les vôtres.”