LANDIVISIAU
Expositions photographiques sur le thème :
« Dans le sillage de Segalen »
Du vendredi 10 mai au dimanche1 septembre 2019

 

Thierry Girard, l’exigence du regard

Prix Niépce en 1984, et lauréat de la Villa Médicis l’année suivante, Thierry Girard est une figure reconnue et singulière du monde de la photo. Né à Nantes en 1951, et diplômé de Sciences Po, son parcours témoigne d’une vision exigeante à rebours du photojournalisme d’agence. Inspiré par Walker Evans et Robert Frank, il se considère comme un « héritier de la photographie documentaire américaine ». Son exploration des paysages passe par la « marche photographique », qui souligne le côté poétique de son travail.

Ses voyages dans le nord de la France, sur la côte belge, le long du Danube, puis au Japon sur la route du Tōkaidō, le conduiront aussi en Chine dans les pas de Victor Segalen, entre 2003 et 2006. De cette équipée, il a tiré un livre “Voyage au pays du Réel” (Marval, 2007). Superbe mise en images de cette « tension dialectique entre déplacement géographique et voyage intérieur », qu’il décrit lui-même, et qu’il poursuit depuis toujours des remparts de Brouage, en Charente, aux rivages de Pondychéry, en Inde.

« Un sentiment atlantique », « Jaillissement et dissolution », ou « Le Pressentiment de la mer », ces quelques titres parmi ses nombreuses expositions témoignent de sa largesse de vues et d’horizons. Celle-ci ne se limite pas à l’image, et Thierry Girard sait s’entourer de mots qui escortent et accompagnent ses photos. Que cela soit le texte habité de Christian Doumet dans “Voyage au pays du Réel”, prolongeant la Grande diagonale de Victor Segalen, ou le dialogue entamé avec Yannick Le Marec “Dans l’épaisseur du paysage” (Loco, 2017), ce photographe se confronte avec d’autres auteurs et s’affirme comme un artiste. T.D.